Gabriel Loppé (1825-1913), artiste, alpiniste, photographe et voyageur

Publié le 29/12/2022
claire
Levée de soleil sur le mont Blanc - coll. Amis du Vieux Chamonix

Jamais sans sa palette et son pinceau

A Chamonix, nous avons la chance incroyable de cotoyer les tableaux majesteux de ce célèbre peintre-alpiniste qui excellait dans la représentation des glaciers et de la neige. Que savons-nous de Gabriel Loppé et de son héritage ?

La famille Loppé
           Gabriel Loppé avec sa famille à Chamonix

Bien qu'il soit souvent étiqueté comme un élève de Calame et de son rival François Diday, Loppé est plutôt un artiste autodidacte. Né à Montpellier, Gabriel est pensionnaire à Paris dès l'âge de 10 ans. En 1846, lors d'une excursion à Meiringen en Suisse, il rencontre l'alpiniste Beresford Walker qui l'initie aux joies et aux dangers de l'alpinisme.

Dans une lettre datée de 1909, Loppé écrit :

“ ce fut une révélation quand au bout de 2 jours, je me retrouvai au col de Strahleck, entre le Schreckhorn et le Finsteraarhorn. C’était une des plus vives impressions de la nature que je n’aie jamais reçue dans les Alpes. C'était le 9 septembre 1846, il y a 63 ans et je m'en souviens comme si c'était le mois dernier"

Loppé devient le premier peintre à travailler en haute altitude, profitant de ses expéditions et gagnant le droit d'être considéré comme le fondateur de l'école des peintres-alpinistes, qui s'est établie en Savoie à la fin du XIXe siècle.

Cabane des Grands Mulets
La Cabane des Grands Mulets, en descendant du mont Blanc, 1880

Afin d’étudier et de mieux rendre la lumière et l’atmosphère de la montagne à différents moments du jour, Loppé n’hésite pas à séjourner plusieurs jours en altitude. L'alpiniste et explorateur Sir Douglas Freshfield se souvient que Loppé pouvait rester si longtemps à peindre que ses revers de pantalon se gelaient et devaient être libérés à l'aide d'un piolet.

Grâce à ses études et pochades prises sur le vif, Loppé va produire une quantité impressionnante d’oeuvres : des toiles de différents formats, certaines monumentales, représentant des ascensions de glacier par de minuscules personnages, des crevasses béantes, des lacs glaciaires, des vallées sous la neige. Les peintures de Loppé sont célèbres pour leur atmosphère et leur spontanéité et vont lui permettre d'être exposé à de nombreuses reprises à Londres et à Paris. Ses toiles sont vendues dans le monde entier.

Mer de Glace
Mer de Glace et Grands Charmoz, coll. privé

Sa première exposition se tient à Genève en 1852 – il vit alors à Annecy avec sa première femme Marguerite et leurs trois enfants, avant de s'installer à Genève en 1862.

Découvrez une centaine de ses oeuvres au Fort de Bard du 17 décembre 2022 au 14 janvier 2024

Loppé, ambassadeur de Chamonix

Gabriel Loppé découvre pour la première fois Chamonix en 1849, à l'âge de 24 ans. À partir de 1851, il y séjourne tous les étés. En tout, il aura passé plus de cinquante saisons d'alpinisme et de peinture à Chamonix.

Loppé est fasciné par les paysages glaciaires de la vallée de Chamonix et par le mont Blanc (la légende lui accorde une quarantaine d’ascensions de ce sommet). L'alpiniste et écrivain britannique Sir Leslie Stephen plaisantait: "Gabriel Loppé est le peintre de la cour de Sa Majesté le Mont Blanc'".

Sommet mont Blanc vue sur MB de Courmayeur
Sommet du mont Blanc, vue sur MB de Courmayeur

Il séjourne à plusieurs reprises à la cabane des Grands Mulets ou au Col du Géant. La puissance des variations météorologiques en altitude et les atmosphères qui en découlent le surprennent et l’émeuvent. Le sommet de la Montagne de la Côte, où il installait régulièrement son petit campement, devint connu sous le nom de Château de Loppé.

Loppé peignant à la cabande des Grands Mulets
           La Cabane des Grands Mulets, 3051m

Il entretient de forts liens d’amitié avec les Chamoniards : la famille Tairraz, mais aussi François Couttet, dit « Baguette », à qui il conseille d’agrandir sa maison pour louer des chambres (c’est ainsi que l’hôtel Couttet serait né). Son guide attitré est Benoît Simond dit « Benoni ».

En 1865, Loppé rencontre le préfet de la Haute-Savoie pour lui exposer la nécessité de modifier le règlement de la Compagnie des Guides de Chamonix, qui doit évoluer. Il milite pour améliorer la condition des guides et n’hésite pas à partir au secours d’alpinistes accidentés ou en difficulté. Il est souvent l’initiateur de souscriptions pour venir en aide aux familles touchées par ces drames.

En 1870, Loppé ouvre une Galerie-Exposition à Chamonix qu’il nomme : “Peinture Alpestre Gabriel Loppé”. De son vivant, il y exposera durant la période estivale une soixantaine de toiles, certaines de dimensions monumentales (4 m de haut x 3 m de large). Il engage une jeune fille de Chamonix, Joséphine, pour tenir la galerie. Celle-ci deviendra le musée Loppé lorsque sa petite fille Gabrielle en héritera en 1925. Certains chamoniards se souviennent encore de cette vieille dame conservant amoureusement l'écrin contenant les toiles de son grand-père. Après le décès de cette dernière en 1978, le musée est vendu et transformé en habitation.

Pavillon d'exposition
Le Pavillon d'Exposition, Chamonix

Une association locale, les Amis du Vieux Chamonix, consciente de la valeur de l’œuvre, réussit en 1981 à acheter une quarantaine de toiles. Vous pouvez admirer certaines de ces superbes acquisitions dans les salons du Majestic (ancien Palace situé dans le centre ville de Chamonix).

La connexion anglaise

A Londres, Gabriel Loppé a été un formidable ambassadeur pour la vallée de Chamonix grâce à son rôle au sein de l’Alpine Club.

Au milieu des années 1800, les touristes sont principalement des Anglais de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie. Gabriel Loppé se lie d’amitié avec certains d’entre eux notamment l’écrivain Leslie Stephen, le père de l’écrivaine Virginia Woolf, mais aussi l’avocat puis juge à la Haute Cour de Justice d’Angleterre Alfred Wills, le cartographe Adams Reilly, le dessinateur graveur Edward Whymper, ou encore le géologue James Eccles dont il épousera, en secondes noces, la sœur Elizabeth, dite Bessie, en 1879.

Lorsqu’il expose ses toiles à l'Alpine Club et à la Royal Academy à Londres, les alpinistes anglais jusqu’alors friands d’Écosse, sont ravis de découvrir Chamonix sous la neige. Loppé les incite à venir hiver comme été y faire des courses en montagne.

Chamonix en hiver
Vallée de Chamonix en hiver - coll. les Amis du Vieux Chamonix

A l’époque, le massif du Mont Blanc n’est pas encore totalement cartographié et la photographie n’est pas assez développée pour renseigner les alpinistes avant leur départ. Les toiles de Loppé, d’une précision géographique, leur permettent de découvrir le paysage avant d’entreprendre une ascension.

En 1864, l’Alpine Club de Londres lui fait l’honneur de l’admettre comme membre honoraire (il devient ainsi le premier français à rejoindre le Club). Les peintures de Loppé étaient très appréciées des Britanniques, tout comme ses qualités personnelles.

"Il lui suffit de pousser la porte de l'A.C. pour qu'un vent alpin le suive." Sir Douglas Freshfield


William Mitchell, galeriste à Londres, spécialiste de l'œuvre de Loppé

En septembre 2021, Les Amis de Gabriel Loppé ont organisé une soirée en son hommage dans les salons du Majestic à Chamonix. Le galeriste, alpiniste et membre de l'Alpine Club William Mitchell était venu spécialement de Londres pour parler de son amour pour Gabriel Loppé. Il était accompagné par le peintre James Hart Dyke qui a confirmé sa participation au projet  « Ascension Artistique 2022 » sur les traces du pinceau de Gabriel Loppé.

En effet, le 5 juillet 2022 le peintre anglais James Hart Dyke suit les traces de Gabriel Loppé en tentant une ascension du mont Blanc avec ses pinceaux. Depuis la voie historique des Grands Mulets il produit, au fil de l’ascension, plusieurs toiles pour rendre hommage à son illustre prédécesseur. La partie alpinisme et montagne avait été pensée et menée d'une main de maître par l'illustre guide de haute montagne Christophe Profit.

james Hart Dyke mont Blanc
James Hart-Dyke sur les traces de Gabriel Loppé avec W. Mitchell et C. Profit - ©Pascal Tournaire

Loppé, par sa personne et par son oeuvre, a fortement marqué le territoire de la vallée et a contribué à l’enrichissement du patrimoine chamoniard.

Loppé, un homme résolument moderne

Au fil de ses toiles, de ses dessins et de ses photographies, on suit l’itinéraire de l’artiste et aussi de l’homme qui voyage à travers l’espace et le temps, témoin des innovations techniques dont il fut parmi les premiers spectateurs et utilisateurs (la photographie, les trains à vapeur, l'électricité qui transforme les villes …).

Durant ses dernières années, Loppé est pris de fascination pour la photographie et a même beaucoup innové dans ce domaine. Sa photographie de la Tour Eiffel frappée par la foudre fait maintenant partie des collections du Musée d'Orsay à Paris.

Tour Eiffel foudroyée

 

Découvrez l'exposition au Fort de Bard, Italie

Du 17 décembre 2022 au 14 janvier 2024, le Fort de Bard accueille dans le Musée des Alpes une exposition entièrement consacrée à Gabriel Loppé, peintre, photographe, alpiniste et voyageur. L’exposition, organisée par le Fort de Bard, par Anne Friang, de l'association Les Amis de Gabriel Loppé et par William Mitchell de la galerie John Mitchell à Londres, tous deux commissaires d’exposition, propose plus de 100 œuvres, tableaux, dessins, photographies et objets de Gabriel Loppé. Les 65 tableaux, issus de collections privées et publiques, représentent le travail de l’artiste sur une période de 50 ans, des années 1860 jusqu’au début du XXe siècle.

Vernissage Fort de Bard
Vernissage au Ford de Bard avec William Mitchell

En sus du thème central de la montagne, l’exposition dévoile la production de l'artiste lors de ses nombreux voyages et séjours dans les principales capitales européennes, Londres et Paris, ainsi qu’en Ecosse, où il représente des paysages, des rivières et des falaises rocheuses surplombant la mer.

En savoir plus

Des associations pour préserver le patrimoine Gabriel Loppé

L'association des Amis de Gabriel Loppé, dont la présidente est Anne Friang, arrière-arrière-petite-fille de l'artiste, s'est fixé des objectifs : créer des évènements pour valoriser l’œuvre de l’artiste et sa notoriété, encourager l’acquisition de ses œuvres par les institutions publiques, initier une fondation autour du patrimoine artistique du peintre et développer le fonds d’archives existant.

Le Comité Gabriel Loppé a pour objectif de délivrer des certificats d’authenticité pour les œuvres qui lui sont soumises. Le comité gère aussi la réalisation d’un catalogue raisonné des œuvres de Gabriel Loppé, c’est à dire qu’il répertorie toutes les œuvres dont il a connaissance et qui lui sont soumises. Ce comité d’artiste pour le peintre Gabriel Loppé vise à protéger son œuvre et à maintenir une veille sur le marché des transactions nationales et internationales qu'engendrent ses tableaux.

L'association des Amis du Vieux Chamonix, fondée en 1969, s'est donné pour objectif la sauvegarde du Patrimoine de la vallée de Chamonix. Elle a acquis une quarantaine d'œuvres du peintre Gabriel Loppé afin qu'elles demeurent dans la vallée. 25 de ces tableaux se trouvent actuellement au Fort de Bard, où ils seront exposés pendant un an, jusqu'en janvier 2024.

Pour nous visiteurs du XXIe siècle, ces toiles témoignent du paysage de la vallée, images d’autant plus précieuses que celui-ci ne cesse de se transformer.

Sources, extraits de textes et images:

Les Amis de Gabriel Loppé

Les Amis du Vieux Chamonix

The Alpine Club

ArtUK.org

Pascal Tournaire- photographe

Les derniers articles

Publié le 09/12/2022

Le Freeride pas à pas

Publié le 15/03/2022

La tradition hôtelière au pied du mont Blanc