Le CREA Mont-Blanc : un laboratoire à ciel ouvert pour les sciences du vivant

Publié le 04/06/2021
Environnement
Claire
CREA Mont-Blanc au Couvercle

 

Basé à Chamonix depuis 25 ans, le CREA Mont-Blanc est une ONG scientifique reconnue par les Nations-Unies.

Sa mission est d’explorer et comprendre l’impact du changement climatique sur la biodiversité, et de partager ces connaissances avec décideurs et citoyens pour les inciter à agir de façon plus responsable.

Expert en écologie alpine et science des données, le CREA Mont-Blanc a mis la science participative au cœur de sa démarche en associant chercheurs, décideurs et grand public à son observatoire de la biodiversité de montagne et du changement climatique.

Depuis plusieurs siècles, scientifiques et curieux tentent de comprendre le Vivant dans la région du Mont-Blanc. Autour de Chamonix, c'est toute une diversité d'habitats qui se déploie sur un périmètre géographique restreint. Sur les 4 300 mètres de dénivelé et le 20 km de distance compris entre la basse vallée de l'Arve et le sommet du mont Blanc, c'est une différence climatique équivalente à celle observée sur 4 300 kilomètres en latitude, soit un voyage depuis la Méditerranée jusqu'au Groenland !

Qui dit diversité climatique dit hétérogénéité des milieux naturels et de la biodiversité qu'ils abritent. Les écosystèmes qui nous entourent et leur fonctionnement restent en partie méconnus des habitants de la vallée, mais aussi des scientifiques eux-mêmes. Ils regorgent de mystères dont nous avons tant de choses à apprendre et à découvrir.

Le réchauffement climatique est d'autant plus marqué dans les Alpes où la température grimpe deux fois plus vite que la moyennes de l'hémisphère nord. Comment la nature réagit-elle et de quelle manière les paysages emblématiques évoluent-ils ?  Parmi les changements les plus impactants se trouvent les modifications des cycles saisonniers pour la faune et la flore. Les espèces n'avancent pas leur cycle saisonnier toutes au même rythme ! Sachant qu'elles sont globalement interdépendantes ces modifications génèrent des décalages (une désynchronisation) entres elle. En parallèle, l'augmentation des températures implique une remontée de nombreuses espèces à tous les étages du relief afin de retrouver des conditions climatiques adéquates, et au détriment des espèces très adaptée au froid.

Chocards bec jaune

Plusieurs méthodes scientifiques sont combinées afin d'étudier la montagne et de comprendre comment les différents éléments d'un même milieu (faune, flore, climat...) interagissent. On peut citer les capteurs automatiques (pièges photos, stations de températures, images satellites...) les relevés de terrain, la génétique ou encore la science participative.

Loriaz alpage - CREA Mont-Blanc

Consolider le pont entre la science et la société

Au travers de la science participative, le CREA Mont-Blanc appelle les curieux à faire des observations selon des protocoles scientifiques simples mais rigoureux. Elles permettent à la fois d'apporter de nouvelles données aux chercheurs et de partir à la découverte de la montagne, d'apprendre et de s'émerveiller.

Pour en savoir plus, l’Atlas du Mont-Blanc est un site-ressource diffusant de manière simple les résultats de ces suivis sur le Mont-Blanc. Il propose des indicateurs de connaissance de l’évolution du massif, des analyses synthétiques des processus écologiques à l’oeuvre et une base de données des études et équipements scientifiques dans le massif.

CREA Mont-Blanc - la science participative

Phénoclim et Wild Mont-Blanc sont deux programmes de sciences participatives lancés par le CREA Mont-Blanc

Phénoclim incite le public à observer les rythmes saisonniers de plantes herbacées et d’arbres en montagne (dates de floraison, d’ouverture des bourgeons), les participants peuvent contribuer à l’analyse scientifique des évolutions de la biodiversité en montagne induites par le changement climatique.

CREA Mont-Blanc - la science participativ

Wild Mont-Blanc consiste à identifier les espèces présentes sur les centaines de milliers d'images prise par les appareils dans le massif du Mont-Blanc. Lancé au printemps 2020, Wild Mont-Blanc a su rassembler plus de 5 000 observateurs pour quelque 980 000 photos taguées d'une vingtaine d'espèces animales. Grace à cette plateforme, les volontaires découvrent les espèces du massif et leurs habitats, et ils permettent aux chercheurs d'évaluer l'évolution de leur répartition et de leur fréquentation.

CREA Mont-Blanc - Appareils photos

Chamonix Wild-Mont-Blanc
 

En savoir plus sur l'équipe du CREA Mont-Blanc

Visiter leur site

Sources d'article: Lisa Robberse et Hillary Gerardi pour le CREA Mont-Blanc et www.creamontblanc.org

 

Espace Pro-Presse